Etude de la flore intestinale :

une complémentarité à l'ostéopathie digestive

Qu'est-ce que la flore intestinale ?

"Toute maladie commence dans l'intestin" nous disait déjà Hippocrate il y a plus de 2000 ans.

La flore intestinale, ou microbiote intestinal, est composée de 100 000 milliards de germes (bactéries, virus, champignons, levures et protozoaires). C’est une véritable entité à part entière qui vit à l’intérieur de nous. C’est un réel écosystème, en recherche permanente d’équilibre entre les bonnes bactéries et les pathogènes. Il représente environ 2 kilos de notre poids ! 

 

Une flore intestinale équilibrée nous assure : 

  • Une bonne immunité (anti-virale, anti-tumorale)

  • Une bonne absorption des nutriments, donc pas de carences, pas de fatigue, pas de dépression

  • Une muqueuse saine, donc pas de perméabilité digestive, pas d’inflammation ni intoxication

 

C’est l’intestin grêle qui permet l’absorption des nutriments. Cette capacité d’absorption est primordiale. Si elle diminue (à cause d’une mauvaise alimentation, de l’alcool, d’une mauvaise hygiène dentaire, du stress etc…) alors les bactéries présentent naturellement dans notre côlon vont pulluler, se nourrir des résidus que l’intestin n’a pas pu absorber, et vont proliférer en masse dans l’intestin grêle. Les déchets produits par les bactéries intestinales sont : les gaz, l’alcool, les graisses et les toxines. 

 

Une flore intestinale déséquilibrée engendre donc une fermentation dans l’intestin. Marion Kaplan explique qu’ « un microbiote déséquilibré génère non seulement un inconfort abdominal mais il induit une inflammation chronique du foie et des artères, un surpoids avec un syndrome métabolique, une baisse de l’immunité avec un risque de cancer ou de maladie auto-immune ou encore une neurodégénérescence (maladie de Parkinson ou d’Alzheimer). Sans compter les risques de dépression, d’anxiété, d’insomnie ou de troubles du comportement. »

L’objectif est d’augmenter l’espérance de vie, améliorer l’immunité et apaiser les douleurs.

 

Votre ostéopathe certifiée ECIM (European College of Integrative Medicine) a été formée par le Docteur Bruno Donatini, gastro-entérologue, hépatologue, cancérologue et immunologue, diplômé d’ostéopathie.

 

Selon le Dr DONATINI : 

« L’excès de bactéries intestinales conduit à l’excès de fermentation, à la production de graisses et d’alcool d’où l’apparition de graisse viscérale et d’inflammation hépatique. C’est la genèse du syndrome métabolique : surpoids, cholestérol, hypertension, diabète ; deuxième cause de mortalité (32%).

Les bactéries produisent des exotoxines qui provoquent la perméabilité intestinale. Des fragments plus importants de bactéries ou d’aliments s’infiltrent entre les entérocytes et rencontrent les globules blancs sous-muqueux d’où inflammation. Toute inflammation chronique favorise l’auto-immunité et baisse l’immunité anti-virale ou anti-tumorale d’où risque accru de cancer ; première cause de mortalité (34%).

De plus l’inflammation chronique et la perméabilité des méninges favorise la survenue de démences ; cause émergente de mortalité. Enfin, certaines bactéries consomment beaucoup de tryptophane et privent l’organisme de sérotonine d’où dépression sévère.

Si l’on cumule les risques relatifs de ces grandes pathologies (cancer, maladies cardiovasculaires, maladies auto-immunes, démences et dépression), on peut conclure que la fermentation intestinale est le principal fléau planétaire actuel. 

 

En diminuant la pullulation intestinale on peut réduire la production de graisse et d’alcool (donc soulager le foie ou baisser les signes du syndrome métabolique : cholestérol, hypertension diabète, surpoids), de toxines (donc diminuer l’inflammation dans les douleurs articulaires ou dans l’auto-immunité), de polyamines qui sont des déchets d’acides aminés et des facteurs de croissance tumoraux et des amplificateurs de la douleur. »

 

Extrait de l’article

http://www.femininbio.com/sante-bien-etre/conseils-et-astuces/le-dr-donatini-et-la-nutrition-quantique-65823

 

Vous pouvez également consulter les articles de Marion Kaplan où elle explique de manière très simple comment fonctionne notre flore : 

https://vitaliseurdemarion.fr/fr/officiel/article/slug/comprendre-flore-intestinale-vivre-en-bonne-sante

Qui est concerné par ce test ?

Vous pouvez être concerné si vous souffrez :

 

  • de symptômes digestifs : ballonnements, diarrhée ou constipation, digestion lente, brûlures gastrique, reflux gastro-œsophagien, prise de poids surtout abdominale, gingivite, mauvaise haleine, acidose, candidose, stéatose hépatique, maladie cœliaque

  • de douleurs articulaires et inflammatoires

  • d’une maladie auto-immune (polyarthrite, spondylarthrite, crohn, recto-colite…)

  • d’un syndrome métabolique (avec hypertension, diabète, cholestérol)

 

Et c’est utile en :

  • prévention de certains troubles du comportement : enfants hyperactifs etc.

  • complément et accompagnement des traitements du cancer​

Comment se passe l'analyse ?

J’utilise un appareil spécifique et breveté (le Gazdétect®), mis au point par la société allemande Dräger, qui va permettre d’identifier la malabsorption des sucres par l’intestin grêle, source de ballonnements, douleurs, et troubles du transit. Cet outil de mesure est particulièrement intéressant pour un vrai travail de terrain, et pour remonter aux causes réelles et objectivables des dysfonctionnements de l’organisme. 

 

Comme nous l’avons vu, les bactéries produisent des gaz. Ces gaz vont diffuser au travers de la muqueuse digestive, aller dans le sang, et être éliminés par les poumons. On peut donc étudier la flore digestive par le souffle !

 

C’est une méthode simple et non invasive, qui convient à tous les âges (il suffit de savoir souffler dans un ballon). La veille et le matin du test, vous devrez suivre un protocole pour optimiser les mesures. Le test s’effectue le matin à jeûn. Le patient souffle dans un ballon, qui sera ensuite fixé à l’appareil. Les cellules calibrées pour certains types de gaz (méthylacétate, hydrogène, hydrogène sulfureux, monoxyde d’azote) vont réagir en fonction du souffle de chacun et de son contenu. 

 

Le Gazdetect® suffit pour confirmer l’existence d’une flore plus ou moins agressive qui va être associée selon les individus à :  brûlures gastriques, acidose, candidose, constipation, reflux gastro oesophagien, syndrôme du côlon irritable mais aussi des troubles de l’humeur.

 

Les bactéries feront aussi partie du tableau ainsi que les virus pour identifier le terrain actuel, avec le statut immunitaire, le statut inflammatoire des muqueuses, l'état de fonctionnement du système nerveux autonome, voir le risque tumoral dans certains cas.

Appareil Gazdetect pour test des gaz expirés

© 2017 Charlotte  Chevron - Ostéopathe D.O.